Les séminaires thématiques à Lyon 2 (M1)

Nouveaux enjeux de la vie privée

(Resp : M-C. Le Pape et J-H. Déchaux au S1 / C. Rostaing et M. Banens au S2)

La sociologie ne s’intéresse pas uniquement à la vie sociale qui se tient dans l’espace public. La vie privée n’est pas séparée du reste de la société, elle ne s’abstrait pas des déterminations sociologiques qui façonnent le monde social et caractérisent ses transformations. Il n’y a par conséquent nulle raison d’abandonner cet objet aux sciences de la psyché ou de la vie : l’acte de naissance de la sociologie en a apporté la preuve avec l’étude du suicide par Emile Durkheim.

Etudier la vie privée s’impose d’autant plus aujourd’hui à l’attention des sociologues que la société a changé depuis quelques décennies et que la « réussite » de la vie privée et l’épanouissement personnel apparaissent à beaucoup comme une dimension cruciale de l’existence qui se heurte à de nombreuses difficultés ou contraintes du quotidien. Des aspirations nouvelles voient le jour, assorties de revendications, nouvelles elles aussi, qui interrogent le politique, la loi, l’éthique, les normes sociales et d’autres aspects de la vie publique. Les questions relatives à la vie privée, par exemple la vie en couple, la famille, la sexualité, les rapports entre les sexes, les relations entre générations, les manières de faire des enfants, l’usage des nouvelles technologies dans l’espace privé, l’expérience de la maladie, du handicap et de la mort, etc., tiennent aujourd’hui une place centrale dans les existences de chacun et trouvent un large écho dans les discussions qui, de plus en plus, animent l’espace public.

Les thèmes pouvant être abordés sont variés. Ils relèvent de deux domaines constitués sans nécessairement s’y enfermer : la sociologie de la famille et la sociologie du genre. Le premier semestre privilégiera l’étude de la famille et de la parenté : vie en couple, procréation médicalement assistée, parentalité, homoparentalité, sociabilité et entraide, rituels familiaux, etc. Le second semestre se focalisera davantage sur les rapports sociaux entre les sexes qui caractérisent la vie privée à travers la sexualité, la vie conjugale, la sociabilité, les tâches domestiques, éducatives, « de care », etc. Ces deux temps marquent des dominantes : entre l’un et l’autre, les correspondances sont nombreuses.

L’unité du séminaire repose sur son objet, et non sur une théorie ou une méthode déterminée qui en rendrait possible l’analyse. Cela signifie que les approches et les voies d’analyse de cet objet sont diverses et que ce qui fait leur valeur réside avant tout dans leur capacité d’élucidation du réel, leur plus-value explicative ou interprétative. Le séminaire interroge ainsi que le goût pour la confrontation des perspectives dans le but de construire des clés d’interprétation.

Socio-anthropologies du développement et de la participation

(Resp : L. Bonneval, F. Charvolin, S. Franguiadakis, C. Kretzschmar, B. Maurines)

Le séminaire donne des clefs pour réfléchir à différentes postures professionnelles de la recherche en SHS (implication, application, expertise…) et propose une approche sociologique et/ou anthropologique qui interroge les rapports entre les politiques publiques et les actions citoyennes (état des lieux sur une question spécifique, diagnostic territorial, évaluation des politiques publiques en prenant en compte le rôle des acteurs de terrain, analyse des pratiques participatives).  La participation sera mise en perspective du point de vue des politiques publiques comme modalité de « bonne gouvernance » mais aussi comme expérience vécue par des individus, des collectifs qui peuvent être militants ou non. Cette posture permet de réfléchir à la place du sociologue sur le terrain : pour qui fait-on la recherche ? Qu’est ce que cela implique de travailler avec des acteurs ? Le séminaire de M1 vise à donner des éléments théoriques, épistémologiques et méthodologiques aux étudiants sur les 4 thèmes qui structurent le master SADL :

–  socio anthropologie  de la proximité et de la mobilisation dans l’espace public

– crises, causes, controverses environnementales

– solidarités et initiatives citoyennes locales

– ESS innovations sociales, techniques et organisationnelles

À quoi sert la sociologie pour comprendre les mondes du travail ? (Resp : G. Herreros, B. Milly, M. Robelet, D. Rodet)

jeudi 14h00-15h45 + atelier de lecture associé : 16h00-17h45

Réforme du Code du Travail, « uberisation » de l’économie, auto-entrepreneuriat, revenu universel, délocalisations, revendications syndicales, chômage, temps partiel subi, risques psycho-sociaux… l’actualité est riche concernant la place du travail et de l’emploi dans les sociétés modernes. Que l’on soit détenteur d’un contrat de travail, bien ou mal rémunéré, symboliquement prestigieux ou non, considéré comme « utile » socialement ou non, que l’on se consacre à une formation, que l’on soit chômeur, inactif, à temps plein ou à temps partiel, salarié précaire ou stabilisé…, le travail joue un rôle structurant pour chacun au sein des sociétés modernes. Comment cette place aussi centrale s’est-elle construite ? Quels en sont les effets Quelles seraient les conséquences de ce que certain·es nomment « la mise à mort du travail » ?

L’actualité médiatique des dernières années a porté au grand jour la face sombre du travail, depuis les discriminations jusqu’aux diverses formes de souffrance au travail (suicides dans les grandes entreprises, burn out, harcèlement, …). On entend également parler de conflits du travail et de formes plus pacifiques de régulation des relations sociales au sein des organisations (publiques, privées, lucratives ou non lucratives). On évoque les nouvelles formes de management, les nouveaux dispositifs de gestion qui pourraient être à l’origine de nouveaux maux du travail et faire obstacle aux nouvelles formes d’engagement des individus. Quelles sont les transformations récentes du travail et de l’emploi ? Quels sont leurs conséquences sociales ? Rassemblées parfois sous le vocable de « Nouvel esprit du capitalisme », ces nouvelles formes peuvent aussi laisser place à la passion, à la créativité et à l’innovation. A quelles conditions le travail génère-t-il aussi autre chose que de la violence et de la domination ?

La sociologie analyse ces transformations, leurs causes et leurs conséquences, et peut pourquoi pas installer, au moyen de dynamiques réflexives, d’autres types de situations de travail. Les sociologies, devrait-on plutôt dire tant le champ du travail fait aujourd’hui l’objet d’interrogations diverses (sociologie compréhensive, interactionnisme symbolique, analyse stratégique, sociologie clinique, sociologie des conventions, sociologies d’intervention…) ont une sorte d’exigence civique à relever en se prononçant sur l’ensemble des phénomènes précités et en refusant de considérer comme relevant d’un ordre naturel les plus insupportables d’entre eux.

C’est autour d’une exploration de ces sociologies que le séminaire est organisé. Il est pensé en lien avec les activités de recherche de l’équipe Travail Institutions Professions Organisations du Centre Max Weber (UMR 5283) à laquelle appartiennent les enseignant·es-chercheur·es responsables du séminaire.

Socialisation, éducation, parcours biographiques

(Resp : S. Faure, L. Faure-Rouesnel, F. Rasera, S. Tralongo)

Ce séminaire vise à aider les étudiant-es à concevoir leurs travaux de recherche autour des questions portant sur les modes et processus de socialisation, la formation et transformation des individus ou des groupes en reconstituant des « trajectoires » ou des « parcours biographiques ». Les travaux des étudiant-es sont ainsi susceptibles de porter sur des domaines variés, tels que : questions scolaires, formations et socialisations secondaires (formations universitaires, professionnelles), pratiques sportives, culturelles ou artistiques, mondes du travail et insertions professionnelles, socialisations familiales, mais aussi transformations de groupes sociaux comme, par exemple, les milieux populaires urbains ou péri-urbains.

Si les enseignant-es du séminaire connaissent particulièrement ces thématiques, du fait de leurs activités de recherche passées ou actuelles, il n’en reste pas moins que ce qui est privilégié dans le séminaire est de penser les objets de recherche à partir de la problématique « socialisation, éducation, parcours », autrement dit d’être attentif à des pratiques impliquant visiblement un travail de socialisation en articulation avec le « parcours biographique » des individus, ou en prenant en compte des « évènements » (ruptures familiales, ruptures professionnelles, relogement contraint, etc.,), des « transitions » biographiques », des mobilités sociales.